Nouvelles discordances dans l'étude publiée par The Lancet

Marseille, France, 28 mai 2020

Un article publié ce mercredi 27 mai 2020 dans le journal Britannique The Guardian souligne les discordances des données concernant l'Australie publiées dans l'étude et les données officielles du pays. 

Ces discordances ont menés les rédacteurs de la revue scientifique à demander des comptes à ses auteurs dont le Dr. Mandeep Mehra. Ce dernier s'est justifié en déclarant qu'il avait contacté Surgisphere, la compagnie qui lui a fournie les datas utilisées pour son étude, afin d'expliquer ces disparités.

De son côté le Dr. Sapan Desai (fondateur de Surgisphere et co-rédacteur de l'étude parue dans The Lancet) a déclaré avoir "accidentellement" inclus des données d'un hôpital Asiatique parmi les données Australiennes.

Nous sommes face à une étude toujours aussi imprécise ne faisant que regrouper des données sans rapport et menant aux conclusions qu'on souhaite lui donner. Il est terrifiant de voir que c'est cette même étude qui a poussé le gouvernement français à stopper l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans les hôpitaux et l'OMS à suspendre ses essais cliniques. 

Il serait temps pour nous de méditer sur la phrase de Mark Twain :

"Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les sacrés mensonges et les statistiques"

#inchloroquinewetrust #inraoultwetrust