En Tunisie, le Dr. Raouf Rekik témoigne de l’efficacité du protocole du Professeur Raoult sur ses équipes.

Tunis, Tunisie, 23 mai 2020

Le Dr. Raouf Rekik est un des spécialistes mondiaux de la rétine et dirige la clinique Institut Vision & Rétine à Tunis.

a41zsmu4xo-capture-d-e-cran-2020-05-23-a-15.44.25.png

Bonjour Docteur, comment avez-vous pris connaissance du protocole préconisé par le Professeur Raoult ? 

Je suis activement le Professeur Raoult et ses équipes depuis un long moment et-ce antérieurement à la crise sanitaire à laquelle nous faisons face actuellement. C’est avec grand intérêt que j’ai pu lire ses recherches concluant à l’efficacité de l’hydroxychloroquine et de l’azythromicine contre le COVID-19. 

Si nous sommes en guerre, l'armée doit être sur le champ de bataille.

Très vite, j’ai cherché à prémunir le personnel de notre clinique afin de faire face à cette vague et ainsi maintenir l’activité de notre établissement. En effet, je considère que si nous sommes en guerre, l’armée doit être sur le champ de bataille, et le personnel médical est en première ligne. 

C’est ainsi que j’ai convaincu l’ensemble du personnel à continuer leur activité tout en prenant du Plaquenil (dans le cas où nous en avions) ou de la doxycycline (qui est elle disponible en Pharmacie) associé à de l’azythromicine en prévention contre le COVID-19.  

Je suis passé à la radio à l’époque pour témoigner de cette décision et tout le monde m’a pris pour un fou. Mais aujourd’hui, notre centre est cité en exemple et d’importantes quantité de doxycycline furent prescrites en prévention contre le COVID-19. 

Je suis convaincu par la véracité des propos du Professeur Raoult car au final, personne au sein de notre clinique n’a attrapé le COVID-19 et nous avons pu continuer notre activité sereinement. 

Nous avons été les seuls en Tunisie à appliquer le protocole du Professeur Raoult et à atteindre de tels résultats. 

À l’époque où j’ai prescris le traitement du Professeur Raoult, très peu de monde l’utilisait en tant que prévention contre le COVID-19. Mais aujourd’hui, les choses ont changés et de nombreux pays ont adopté l’utilisation de ce traitement dont l’Inde, l’Iran, la Russie, la Chine etc. À titre d’exemple, même le Président de la première puissance mondiale a indiqué l’autre jour en prendre !

Les conséquences économiques sur notre pays suite au confinement vont être désastreuses et nous aurions pu les empêcher en testant et en traitant rapidement nos malades.

Aujourd’hui, notre clinique est cité en exemple et il me semble logique et cohérent que tous les établissements prescrivent le même traitement à son personnel. Concernant les potentiels effets secondaires liés à ce traitement, le médecin prescrivant ce traitement à son patient doit s’assurer que ce dernier  ne souffre pas de problèmes cardiaques mais également qu’il ne soit pas atteint d’une rétinopathie. Lorsque ces deux cases sont cochées, tout patient est à même de suivre le traitement prescrit par le Prof. Raoult. Je le rappelle, la chloroquine est un traitement datant des années 40 et qui fut prescrit durant des années sans que personne ne soulève aucun effets nocifs ! Aujourd’hui encore, il est prescrit à des milliers de personnes en rhumatologie et en dermatologie.

Quelle est la situation aujourd’hui en Tunisie ?

Aujourd’hui, la vague est passée et nous avons désormais très peu de cas en Tunisie : nous totalisons 47 décès au total et la majorité des centres spécialement prévus pour lutter contre le COVID-19 ferment les uns après les autres - comme dirait le Professeur Didier Raoult « fin de partie pour l'épidemie ».

Expert